LES APPROPRIATIONS DU DISCOURS ANTISEMITE. Comportements Mimétiques Et Détournements Carnavalesques
Maxime Decout, Nurit Levy et Michèle Tauber (dir.)

Les stéréotypes antisémites sont des instruments de stigmatisation particulièrement répandus et féroces. On connaît la pléthore d’écrivains qui s’y sont abandonnés, obsessionnellement ou méticuleusement, comme Barrès, Maurras, Drumont, Drieu la Rochelle, Céline, Rebatet, Brasillach. Or les écrivains juifs ne sont pas restés indifférents à l’ampleur du phénomène, récupérant ce discours pour le vider de sa charge haineuse. En renversant le stigmate pour lui octroyer une valeur positive, c’est aussi le fonctionnement de cette parole que ces œuvres exhibent pour la désamorcer. Ils nous rappellent que l’antisémitisme est avant tout ce discours stéréotypé qui nomme, désigne, identifie de manière pérenne et stable, comme en réponse à la dissimulation dont on accuse le Juif, afin de construire plus sûrement l’ennemi dont il a besoin pour exister.

Et pourtant ce geste de réappropriation, ce geste fort, provocateur, n’est pas toujours dénué d’ambiguïtés, notamment quand les valeurs dont l’œuvre et l’auteur se réclament ne sont pas clairement définies pour le lecteur. On pourrait le soupçonner de pactiser avec la colère et la haine de soi. N’est-ce pas l’une des accusations les plus fréquemment brandies contre Irène Némirovsky ou Emmanuel Berl ? Comment comprendre cette compromission, momentanée ou définitive, avec l’intolérable ? N’est-il pas nécessaire de prendre en considération ces moments de révolte contre soi et les siens pour mieux cerner la dynamique d’une œuvre ? Et, plus largement, qu’est-ce qu’écrire avec et contre le discours de la haine ? Ce sont ces questions que cet ensemble de réflexions explore à travers le XXe et le XXIe siècles.

 

en librairie dès fin août 2018,

format : 14x21,5
220 pages
ISBN : 9782350184005
Prix de vente public : 24.00€

26.40 € TTC
(port et emballage compris)